AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue sur MY FUCKING DESTINY !
Êtes-vous prêts à jouer avec le Destin ?
Les Apple Jack et les Rainbow Dash sont mal aimés !
Merci de les privilégier !

Partagez | 
 

 REED → you walk the easy way, I work every night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



rainbow ► i must be your friend
avatar

MESSAGES : 199
POINTS DESTIN : 170
ICI DEPUIS : 10/01/2016
CRÉDITS : cranberry + anaëlle.
AVATAR : adelaide kane.
SITUATION : célibataire.
NATIONALITÉ : norvégo-américaine.
ÂGE : 23 ans.
JE VIS À : east atlanta.
JOB/ÉTUDES : étudiante en dernière année de psycho criminelle, capitaine de l'équipe de basket à la GSU.

née en Norvège ☁ elle a 3 grands frères ☁ arrivée à Atlanta à 12 ans ☁ depuis le lycée elle est capitaine de l'équipe de basket et un des meilleurs éléments en athlétisme ☁ elle étudie la psychologie criminelle au cas où elle ne percerait pas dans le milieu du sport professionnel ☁ le sport est toute sa vie ☁ elle fait régulièrement de la boxe ☁ elle a un mental d'acier ☁ l'amour, c'est pas du tout son truc ☁ elle a une très forte personnalité et certains lui reprochent d'être un peu trop intransigeante et brute ☁ elle est froide en apparence, cynique et à un humour bien à elle. ☁ elle a toujours été assez populaire ☁ même si elle le cache, elle a un grand cœur et est plutôt sensible. elle se sert du sport pour évacuer au lieu de parler ou pleurer. ☁

MASON son frère, son inséparable → NIAMH sa meilleure amie, rencontrée par le biais de Saoirse → TY son meilleur ami. ils forment avec Mason un trio d'enfer → RAPHAËL l'héritier avec qui elle entretient une amitié 'épistolaire' → DEIRDRE l'autre sœur de Niamh, avec qui elle s'entend très bien grâce à leurs personnalités très différentes → HIPPOLYTE son mentor et ami → MATTHEW le patient ténébreux accusé d'homicide rencontré durant son stage → EODIAZ une connaissance de Salzbourg qu'elle a conseillé sans connaitre son statut d'héritière


let's have a conversation

MATTHEWROXANNA ☁ NIAMH ☁ ?

Voir le profil de l'utilisateur http://myfdestiny.bbfr.net/t123-reed-you-walk-the-easy-way-i-work-every-night#559

MessageSujet: REED → you walk the easy way, I work every night.   Dim 7 Fév - 16:35


reed lawrence martens
adelaide kane
NOM : Martens.
PRÉNOM(S) : Reed Lawrence.
DATE DE NAISSANCE : 20 Octobre.
LIEU DE NAISSANCE : Bergen, Norvège.
ORIGINES : Américaine par ma mère, norvégienne par mon père.
ÂGE : 23 ans.
ÉTUDES : dernière année en psychologie criminelle à la Georgia State University et c'est plus pour avoir un plan B qu'un désir de faire carrière. je voudrais plutôt vivre de ma passion pour le sport.
JOB : aucun pour le moment, les études et le sport me prennent bien trop de temps.
CLASSE SOCIALE : plutôt aisée depuis que mon père a ouvert le ranch, mais c'est pas non plus la folie hein.
STATUT : célibataire, dieu merci.
ORIENTATION SEXUELLE : hétérosexuelle.
ICI DEPUIS : 11 ans, ça fait long.
CHANSON DU MOMENT : The Weeknd ; The Hills
ma petite personne
#1. elle aime insulter les gens en norvégien.
#2. elle est dans l'équipe de basket et d'athlétisme depuis le lycée. elle est la capitaine de l'équipe de basket à la fac.
#3. elle est très superstitieuse, comme toute bonne sportive qui se respecte. elle a son petit rituel avant chaque compétition ou chaque examen.
#4. la seule autorité qu'elle supporte est celle de son coach qui l'aide à se perfectionner, autrement, elle déteste qu'on lui donne des ordres ou qu'on lui parle de travers.
#5. elle a vécu avec quatre hommes et elle s'est forgée une carapace pour se protéger et cacher ses sentiments. elle ne voulait pas qu'on la prenne pour une faible parce qu'elle était la seule fille de la famille.
#6. on lui reproche souvent d'être un peu trop autoritaire et d'être intransigeante aussi bien sur les terrains que dans la vie de tous les jours.
#7. elle étudie la psychologie criminelle afin de s'assurer de pouvoir travailler pour survivre, mais elle rêve de devenir sportive professionnelle afin de vivre de sa passion.
#8. le clan Martens comme elle l'appelle compte beaucoup pour elle, même si étant assez pudique elle ne l'a jamais assez dit, étant plutôt du genre à faire semblant de vomir durant les accolades. elle n'assume pas trop les sentiments positifs comme l'amour, mais sa famille compte énormément pour elle et parfois il lui arrive de regretter les années où ils vivaient tous les uns sur les autres. 
#9. c'est une jeune femme froide en apparence, assez rigide et cynique. on lui dit souvent que sa bitch resting face fait peur et pourtant, elle attire les gens comme des aimants.
#10. elle est populaire car son petit côté garçon manqué et sarcastique plait, mais elle aspire à une popularité tournant uniquement autour de sa passion: le sport. elle voudrait que les gens hors de la fac puissent voir son talent et ses capacités... elle a besoin d'exister.
GROUPE CHOISI : RAINBOW DASH

POURQUOI J'ENTRE PARFAITEMENT DANS CE GROUPE : J'ai hésité avec Apple Jack parce que j'ai été élevée dans une famille très soudée. Malgré les chamailleries et les tensions par moment, l'amour était toujours plus fort que tout -ce que j'assumais difficilement. Ma famille est très importante pour moi, je pourrais tuer pour mes trois idiots de frères et mon père. Seulement j'ai passé ma vie a essayer de me démarquer et d'exister moi aussi. Tout le monde avait son talent, son domaine où il s'épanouissait sauf moi. J'étais le garçon manqué sarcastique inactif, surtout après la mort de ma mère. En entrant au lycée, j'ai consacré ma vie au sport, vraiment. Je suis entrée dans une classe spéciale afin de pouvoir bosser et avoir un emploi du temps organisé autour du sport. Mon statut de capitaine de l'équipe de basket et mon haut niveau en athlétisme m'a rendu populaire dans mes établissements. J'aime rencontrer des gens, et même si c'est pathétique pour certains: j'aime qu'on me complimente et qu'on remarque mon talent en sport. J'ai eu du mal à trouver ma place mais désormais je suis une athlète et je veux en faire mon métier. Je veux briller, qu'on reconnaisse mon talent... Que mon nom reste dans la lumière et soit connu hors de la fac où je rapporte des médailles et coupes grâce à l'équipe de basket et d'athlétisme. Je sors souvent pour entretenir ma popularité, rencontrer des gens et conserver mon statut de leader. Je veux gravir les échelons et être aussi admirée que mes idoles.

LE DESTIN : Le destin, le karma, appelez le comme vous voulez mais moi j'y crois pas. Je ne vois pas ce qui pourrait tracer notre histoire et nos choix futurs. Une force invisible ? Mouais. Et cette histoire de karma: tu agis mal, tu le paiera un jour, c'est des conneries. Les crevures vivent longtemps, parce que j'ai l'impression que faire le mal ça rend immortel et chanceux. Et les gens bien (comme mes parents) ont souffert alors qu'ils se sont toujours efforcés de faire le bien et de marcher dans le droit chemin pour nous montrer l'exemple à mes frères et moi ? Connerie. Si ma famille s'en est tirée, c'est parce qu'on a trimé pour y arriver. On a tout fait pour, on a réparé les pots cassés. Si le destin/karma/bla bla bla existe, qu'il se bouge le cul pour faire payer aux enfoirés et récompenser les gens honnêtes. Le jour où il y aura moins d'injustices, je reverrais mon jugement.



mon moi derrière l’écran
prénom : Béa
pseudo : HIMR  
age : 20 ans  
personnage : inventé
pays : France  
forum : J'ai suivi les indications des voix dans ma tête, et elles avaient trop raison: MFD est grave canon (comme ses admins  ).
free space : lâche toi, ici c'est la partie libre.  

 


Dernière édition par Reed L. Martens le Lun 8 Fév - 22:49, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas



rainbow ► i must be your friend
avatar

MESSAGES : 199
POINTS DESTIN : 170
ICI DEPUIS : 10/01/2016
CRÉDITS : cranberry + anaëlle.
AVATAR : adelaide kane.
SITUATION : célibataire.
NATIONALITÉ : norvégo-américaine.
ÂGE : 23 ans.
JE VIS À : east atlanta.
JOB/ÉTUDES : étudiante en dernière année de psycho criminelle, capitaine de l'équipe de basket à la GSU.

née en Norvège ☁ elle a 3 grands frères ☁ arrivée à Atlanta à 12 ans ☁ depuis le lycée elle est capitaine de l'équipe de basket et un des meilleurs éléments en athlétisme ☁ elle étudie la psychologie criminelle au cas où elle ne percerait pas dans le milieu du sport professionnel ☁ le sport est toute sa vie ☁ elle fait régulièrement de la boxe ☁ elle a un mental d'acier ☁ l'amour, c'est pas du tout son truc ☁ elle a une très forte personnalité et certains lui reprochent d'être un peu trop intransigeante et brute ☁ elle est froide en apparence, cynique et à un humour bien à elle. ☁ elle a toujours été assez populaire ☁ même si elle le cache, elle a un grand cœur et est plutôt sensible. elle se sert du sport pour évacuer au lieu de parler ou pleurer. ☁

MASON son frère, son inséparable → NIAMH sa meilleure amie, rencontrée par le biais de Saoirse → TY son meilleur ami. ils forment avec Mason un trio d'enfer → RAPHAËL l'héritier avec qui elle entretient une amitié 'épistolaire' → DEIRDRE l'autre sœur de Niamh, avec qui elle s'entend très bien grâce à leurs personnalités très différentes → HIPPOLYTE son mentor et ami → MATTHEW le patient ténébreux accusé d'homicide rencontré durant son stage → EODIAZ une connaissance de Salzbourg qu'elle a conseillé sans connaitre son statut d'héritière


let's have a conversation

MATTHEWROXANNA ☁ NIAMH ☁ ?

Voir le profil de l'utilisateur http://myfdestiny.bbfr.net/t123-reed-you-walk-the-easy-way-i-work-every-night#559

MessageSujet: Re: REED → you walk the easy way, I work every night.   Dim 7 Fév - 16:36

Are you sure that you're strong as I'm tough?

Je m’appelle Reed Lawrence Martens, mais vous pouvez m’appeler Reed. Je suis née d’une mère américaine pure souche et d’un père cent pour cent norvégien. Tessa et Erik se sont rencontrés quand ils avaient vingt-deux ans, grâce à un échange universitaire. Ma mère était la correspondante de mon père, et voilà. Ils ont fini par se marier. Ma mère, avait eu beaucoup de mal à quitter sa terre natale et la ville où elle avait grandit : Atlanta. Mais par amour, vous connaissez le couplet, on fait des concessions, des sacrifices qu’on aurait jamais pu imaginer faire un jour. Alors Tessa est restée en Norvège avec son cher mari, et un an après leur mariage, ils eurent leur premier enfant.  Un fils nommé Sacha. Quatre ans plus tard, un autre petit garçon vint rejoindre le premier : Riley puis trois ans plus tard, la fratrie s’agrandit pour accueillir Mason. Et vous l’aurez deviné, je suis la dernière de cette fratrie de quatre enfants. Trois mecs, une fille. Le calvaire. Autant vous dire que j’ai dû me battre pour m’imposer dans ce monde d’homme.


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪


Ca fait quoi d’être la seule fille parmi trois mecs ? Eh bien ça donne ce genre de chose…  Je devais avoir quoi, douze ans. En entrant dans la cuisine, je vis tous les regards braqués sur moi. Sacha, Riley, Mason, mon père… . Mal réveillée et de très mauvaise humeur, je demandais de manière agressive « Quoi !? ». Un de mes frères me mit une tape dos « Aloooors, tu vas nourrir des vampires Reed ? Il était temps, on commençait à croire que t’étais un mec. ». Je l’avais regardé bizarrement alors qu’un sourire moqueur étirait les lèvres de mon frère Mason. Riley gloussait avant de prendre un air sérieux « Tu sais que tu peux en mourir de ça ! », je serrais les poings en les fusillant du regard « Comment vous savez ? », ils répondirent en chœur « C’est papa qui nous l’a dit ». Je levais les yeux au ciel en secouant la tête. Mon père, bien évidemment. Lorsqu’il était là, il fallait qu’il me pourrisse la vie en racontant ma vie à mes frères. Il détournait le regard, gêné après avoir été dénoncé par ses fils. Je jetais mon sac au pied de la table pour m’asseoir et Mason me dit en prenant un air dégoûté « Tâche pas la chaise hein… », avant de rire et de taper dans la main de Riley. Je m’exclamais en tapant du poing sur la table « Fermez là bande d’abrutis ! ». Sasha, le frère aîné de la fratrie, dit très calmement « Laissez la tranquille les gars, vous êtes lourds. Tu veux qu’on appelle l’école ? ». Je dévisageais Sasha pour le toiser haut en bas en me levant d’un bond « Mais je suis pas malade, fichez moi la paix bon sang !!! ». Après avoir hurlé sur ma famille, j’attrapais mon sac à dos pour aller à l’école. Ma mère aurait pu me soutenir, mais elle était déjà malade et restait au lit toute la journée pour ne pas se fatiguer. Elle avait entendu parler de tout ça et avait demandé aux garçons d’arrêter de me sortir des horreurs pour me faire peur… A vrai dire, ils m’énervaient plus qu’autre chose. Je savais que je devenais une femme, pas besoin de flipper.


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪


La même année,  avant les vacances de Noël, ma vie bascula. J’étais en cours de maths, entrain de somnoler quand le proviseur en personne vint frapper à la porte de ma classe. Il demanda à me voir, et évidemment, comme j’étais une gamine, je n’étais pas irréprochable. Je me demandais quelle bêtise j’avais bien pu faire pour que le proviseur vienne me chercher. Je prenais donc mes affaires pour sortir de la classe sous le regard inquiet de mes camarades, pour le suivre jusqu’à son bureau. Je m’asseyais en face de lui et il m’annonça « Reed, ton papa a appelé et il veut que tu rentres de suite chez toi. Il est arrivé quelque chose à ta maman… ». J’arrêtais de balancer mes jambes et j’ouvris la bouche tellement grand que je cru sentir mon menton toucher le sol. Je savais parfaitement de quoi il voulait parler, et son euphémisme à la con me mit hors de moi. Je me levais d’un bond pour mettre un coup de pied dans la chaise sur laquelle j’étais assise puis je quittais son bureau sans dire un mot. Il avait tenté de me rattraper, mais en vain. Je sortais de l’école, pour me mettre à courir, courir… Sans trop savoir où j’allais. Alors que j’étais censée rentrer à la maison pour seize heures, j’étais arrivée à la maison à vingt heures. J’avais passé quatre heures dans un coin calme de la ville pour pleurer et extérioriser ma rage. A peine venais-je de rentrer que tout le monde me sautait dessus, rassurés de me voir saine et sauve après quatre heures de panique générale. Je marchais tel un zombie jusqu’à la cuisine pour aller boire un verre d’eau, comme si rien n’avait changé. En entrant dans la cuisine, je vis mon père effondré sur la table, entrain de hurler en norvégien « mon amour ! mon amour ! », et Mason entrain de le réconforter comme il pouvait, lui aussi en larmes. J’avais raison, il se lamentait sur le sort de son amour, comme il venait de le dire… Elle était morte, partie pour toujours alors que j’étais à l’école, entrain de me faire chier comme un rat mort en cours de maths.  Il n’y avait plus d’espoir pour ma mère, on le savait tous, mais on ne s’attendait pas à ce qu’elle parte maintenant. Les médecins nous avaient dit qu’elle tiendrait jusqu’aux fêtes. Ce ne fut pas le cas, et j’étais profondément meurtrie. Pour ses funérailles, nous nous étions rendu à Atlanta, sa ville natale. C’est là-bas qu’elle était née, qu’elle avait vécu jusqu’à ses vingt-deux ans, là-bas que nous passions nos vacances pour revoir la famille de ma mère… Et c’est là-bas qu’elle voulait être enterrée. Avant l’enterrement, j’étais entrée dans la salle pendant la veillée, et voir ma mère allongée ainsi, m’avait tout simplement traumatisée. J’avais donc fêté mon douzième Noël sans ma mère, et étant la plus jeune, tout le monde était sur mon dos en permanence. Enfin, je dis fêter… J’avais passé un ennuyeux et triste Noël, loin de ma Norvège natale et sans ma mère. J’étais la plus fragile, la plus susceptible d’être perturbée par la mort de notre mère… Mais je détestais qu’on s’occupe de moi comme ils le faisaient, parce qu’en un sens, ils se servaient de mon jeune âge et de ma tristesse pour tenter d’oublier qu’eux aussi étaient affreusement malheureux.


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪


Suite au décès de ma mère donc, nous avions élu domicile à Atlanta. Mon père avait toujours dit à ma mère qu’ils finiraient leurs jours là-bas, une fois que nous serions partis de la maison, afin qu’elle renoue avec ses racines. Seulement, la vie avait décidé de ne pas les laisser réaliser ces projets. S’en voulant affreusement et voulant apprendre à connaître la culture américaine et ce lieu où sa dulcinée était née, nous étions restés en Georgie après les funérailles. Nouveau pays, nouvelle culture, nouvelle maison, nouveaux voisins, nouvelle école… mais pas de nouveaux copains. J’étais totalement contre l’idée de rester ici. J’avais perdu mes repères depuis la mort de ma mère, mon quotidien avait été chamboulé et eux, ils trouvent cette fabuleuse idée : tout foutre en l’air pour essayer de commencer une nouvelle vie. Quoi de mieux pour perturber une gamine ? Rien. Alors que mes frères sortaient, que mon père travaillait, moi je restais à la maison. Je jouais à un tas de jeux vidéos, je lisais plein de bouquins et je glandais. Non, je n’allais pas à l’école… J’en étais incapable. La mort de notre mère avait déclenché un blocage. Elle était morte pendant que j’étais en classe, on me l’avait annoncé dans le bureau du proviseur, j’avais couru dans les couloirs en pleurant… Je ne voulais pas me retrouver dans des lieux qui allaient me rappeler tout cela. Le jour de ma rentrée, je m’étais disputée avec mon père à propos de ça « NON j’irai pas ! Je veux pas, tu comprends pas !? ». Lorsqu’il était énervé, mon père parlait toujours norvégien, étant très très trèèèès mauvais en anglais. Ma mère avait toujours tout fait pour qu’on soit bilingues, mais mon père ne respectait pas la règle et avait du mal à parler anglais avec nous. Il me menaçait et hurlait tellement fort que j’oubliais tout le respect que je lui portais. Insolente j’avais balancé « TU PEUX DIRE CE QUE TU VEUX JE M’EN FICHE ! TOI T’AS JAMAIS ETE A L’ECOLE T’AS RIEN A ME DIRE ! PUIS SI TU ME FORCES, BAH JE QUITTERAIS L’ECOLE POUR SECHER ET RENTRER A LA MAISON ! ». Il m’avait attrapée, puis m’avait donné deux grosses baffes. Sacha était entré à ce moment là, et avait poussé mon père pour qu’il me lâche, car il ne supportait pas qu’on lui manque de respect et il allait me mettre une énorme correction. Il avait été élevé dans une famille très stricte, une famille de pêcheurs  fauchés, et dans sa famille, on respectait le patriarche et on marchait droit. Pour le blesser, j’avais répondu à son geste par « Maman jamais elle m’aurait frappée !! J’aurais aimé que tu meurs à sa place !! ». Sacha avait tourné la tête vers moi, en faisant de grands yeux pour regarder mon père qui, étonnamment, ne se mit pas à courir après moi pour me mettre un coup de ceinture. Non, il était monté dans sa chambre et ne l’avait pas quittée pendant deux jours.  Posée devant la télé, mes frères vinrent me voir. « Bravo Reed ! », s’exclama Riley pour m’entendre lui répondre sans même le regarder « Toi me parles pas. ». « Non mais tu plaisantes ? T’as vu dans quel état il est ? ». Je soufflais pour le toiser, excédée « Riley, est-ce que moi je viens te faire chier quand tu regardes la télé ? Non. Alors va voir ailleurs ». Perdant patience, il avait éteint la télé et s’était planté devant moi en faisant de grands gestes « REED BORDEL ! VA T’EXCUSER ! ». J’avais refusé et Mason était entré en scène. « Reed, tu peux pas le laisser comme ça. Tu as dit que tu voulais le voir mort, c’est papa quand même... Venant du portrait craché de maman, de son unique fille de treize ans… », je m’étais levée du canapé pour dire en haussant le ton « Parce que moi ça m’a fait plaisir de me faire éclater parce que je veux pas retourner à l’école !? OUAIS LA GROSSE ECLATE MASON ! MERCI DE SOUTENIR ». Voyant que ça ne fonctionnait pas, Sacha tenta à son tour de venir me calmer. Etant le plus âgé, il savait comment s’exprimer, il gardait son calme et trouvait toujours les bons mots « Ce qu’on veut te dire Reed, c’est qu’il a du mal à te comprendre. A nous comprendre. Il refuse d’accepter le fait que tu souffres et que le fait d’aller à l’école soit un problème. Tu devrais aller t’excuser, et lui expliquer plus calmement. Il s’emporte plus facilement maintenant que maman n’est plus là… Alors s’il te plait, va le voir… Pour nous… Pour maman… ». Aucune émotion, rien. J’avais roulé des yeux en l’entendant me sortir le truc du « pour maman » histoire de m’attendrir et de me faire chialer. J’étais imperméable à ce genre de choses, ou du moins, en apparence, je l’étais. J’avais toujours été obligée de rester forte pour être à la hauteur de mes frères, pour ne pas me faire écraser par leurs fortes personnalités… Alors j’étais dure et pudique, grâce à la carapace que je m’étais faite avec le temps. Mais intérieurement, je souffrais et je m’en voulais. Mes sentiments me concernaient, et je n’allais certainement pas me confier à mes frères. La bonne blague. J’étais montée pour m’excuser, et après deux bonnes heures d’explications, il comprit enfin…


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪


Depuis que nous vivions sans ma mère, mon père et moi n’étions plus du tout proches. C’était comme si ma mère nous liait, et que maintenant qu’elle n’était plus là, nous n’avions plus rien qui nous rapprochait. Notre dispute un an après notre emménagement à Atlanta avait brisé quelque chose que nous ne pouvions réparer. Pour être honnête, j’avais déjà assez de soucis avec mes frères, alors un homme en moins près de moi, égal un peu de tranquillité. Mon père avait trouvé un travail hors d’Atlanta, du coup, on le voyait seulement le week-end et ça me suffisait. Sacha s’occupait donc de nous tous et jouait le rôle de père, de mère et de frère. Tout en même temps. C’était pas évident, et je le respectais énormément. Je faisais tout pour lui faciliter la vie, et étant indépendante, je ne demandais pas beaucoup d’attention… Sauf quand je me chamaillais avec Riley et Mason pour des conneries, et qu’on se jetait des trucs à travers la maison pendant nos crises de nerfs. Après deux ans de cours par correspondance, je quittais mon cocon pour entrer au lycée, avec l’intention de suivre les cours en classe, comme tout le monde. Finalement, je me sentais bien. J’avais vraiment bien fait de rester chez moi, de ne pas me forcer, car l’entrée au lycée fut agréable (pour moi en tout cas). Bon après, j’en avais marre, comme tout le monde ! J’suis pas un alies. En cours, j’étais la nana qui avait sa petite bande de potes, qui en était le leader parce que selon les gens, je suis charismatique et que j’ai une grande gueule. J’ai ce truc qui fait qu’on aime me suivre et j’en passe. Conneries ou pas, je me faisais facilement des amis malgré mon côté gueularde très agaçant. Je râlais après tout le monde, et même après mes profs, en plein cours. Je m’en foutais, personne ne me faisait peur et personne ne pouvait me faire taire. Hors de question de m’écraser en face des gens, adultes ou adolescents. Je détestais l’autorité par-dessus tout et si par malheur un professeur osait me regarder de travers ou me manquer de respect parce qu’il n’avait pas tiré son coup la veille, je partais au quart de tour. Je fonctionnais (et je fonctionne toujours) ainsi : tu es sympa, je suis sympa, tu me manques de respect, tant pis pour toi !. Tu me fais un sale coup, je t’en fais un, tu veux être mon pote ? Aucun souci. J’avais essuyé pas mal d’heures de colles et de rapports car les professeurs qui se sentaient intouchables grâce à leur statut, digéraient assez mal le fait de se faire clouer le bec par une élève. Comme je travaillais bien malgré ma forte personnalité, les professeurs étaient obligés de reconnaître que j’étais un bon élément et j’avais une très bonne réputation.

Ma bonne réputation venait également du fait que j’avais passé ma vie à essayer de me démarquer de mes frères. Ils avaient tous un talent et moi rien. Etant assez solitaire avant d’arriver au lycée, c’est grâce au sport que je m’étais ouverte aux autres. C’était grâce au sport que je pris confiance en moi et que mon côté leader-et autoritaire prit le dessus sur celle qui s’effaçait et se contentait de rouler des yeux comme une parfaite tête à claques. Le basket, le football, la musculation, l’athlétisme, le tennis et la boxe. Voici tout ce que j’ai essayé. C’est particulièrement le basket et l’athlétisme qui ont retenu mon attention. J’ai pu gagner le respect des gens grâce aux matches que je remportais, et aux compétitions que je gagnais haut la main à force de m’entraîner jusqu’à épuisement, n’ayant pour seul hobby que le sport. J’avais pas mal d'amis, dont ceux de mon équipe, mais j'essayais de ne pas trop sortir et faire la fête afin de ne pas compromettre mes capacités. Mais vu mon statut, j'étais obligée d'aller à quelques soirées pour entretenir la popularité des équipes du lycée. Alors grâce à mes notes et mes excellents résultats sportifs, les professeurs ne pouvaient me détester malgré mon sale caractère. N’en déplaise à certains.


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪

Je devenais une femme et mes frères avaient vraiment du mal à l’accepter. Quand ils voulaient se la jouer trop protecteurs quand je sortais avec un garçon, je passais mon temps à leur botter les fesses pour leur rappeler que j’étais pas une simple fille, mais que j’étais Reed le garçon manqué, et que si je le voulais, je pouvais leur péter les dents. Même en grandissant, on continuait à se prendre la tête et à se battre pour des trucs futiles. Le salon était toujours transformé en champ de bataille ou en ring de catch, chacun voyait midi à sa porte. Malgré tout, on s’aimait et c’était ce qui nous permettait de supporter notre condition difficile. A 17 ans, mon père a été renvoyé et avait énormément de mal à retrouver du travail. Âgé de 26 ans, Sacha avait déménagé, vivait avec sa copine et avait un petit boulot. Il se démenait et nous donnait une part de son salaire pour que l’on puisse s’en sortir. Nous avions déménagé pour aller dans une maison plus petite, plus dans nos moyens…  Riley, 22 ans, était encore à la maison malgré ses études supérieures. Il avait touché une bourse, comme Sacha, ce qui avait empêché de faire trop de dépenses. Il travaillait à côté de ses études pour faire tourner la maison. Il avait naturellement reprit le rôle de Sacha lorsque notre père travaillait hors de la ville. Désespéré, le paternel cherchait dans le journal quelques boulots mais ils étaient tous très mal payés. Du jour au lendemain, il prit la décision de retaper un ranch abandonné. Un norvégien gérant d’un ranch à Atlanta… On aura tout vu hein. Grâce à la bonne volonté et aux âmes charitables du coin, une bonne partie de la rénovation ne nous coûta pas un centime. Tout se fit sur du bénévolat et nous invitions les hommes à la maison pour les remercier.  Un an et demi plus tard, TESSA’s RANCH vit le jour. L’argent entrait à nouveau dans nos poches, ce qui fit que je pouvais enfin me consacrer pleinement à mes études et à mes passions (le sport et l’art). J’avais travaillé un peu partout pour ramener de l’argent, Mason aussi, ce gros flemmard avait finalement bougé es fesses. Mon père était très reconnaissant de tout ce que nous avions fait, et me remerciait sans arrêt de n’avoir jamais baissé les bras quand tout le monde à la maison voulait renoncer à se battre. Je ne savais jamais quoi lui dire, alors je me contentais de sourire et je le serrais lorsqu’il me prenait dans ses bras. Je lui reprochais un tas de choses mais le fait d’avoir réalisé le souhait de ma mère, et d’avoir nommé le ranch à son nom avait un peu redoré son blason.


▪▪▪▪▪▪▪▪▪▪


En trois ans, notre famille s’était réellement ressoudée. Les contrariétés, le compte en banque à sec, les concessions, les baisses de moral… Tout cela avait permis au clan Martens de se rapprocher, oubliant les choses qui faisaient que nous nous étions éloignés. Nous avions réalisés que nous étions bien plus forts ensemble, et notre mère aurait sans doute été fière de voir qu’après tout ce que nous avions traversé, on l’avait fait. On avait remonté la pente, on avait su mettre nos différents de côté pour se soutenir… Les choses allaient mieux entre nous tous. En Avril 2014, nous avions changé de maison une deuxième fois pour reprendre une belle maison, très chaleureuse. Du coup, nous pouvions vivre ensemble sans se marcher dessus, mon père, Mason et moi. On pouvait faire nos vies tranquillement sans forcément se croiser et ça me faisait du bien. Mon père passait peu de temps à la maison car il habitait dans le quartier où se trouvait le ranch. Il ne rentrait que très rarement en semaine, ce qui fait que Mason faisait sa vie d’un côté, et moi dans l’autre. On se croisait uniquement dans le salon, la cuisine et le jardin. Dieu merci, nous avions les moyens de se payer une grande maison maintenant, ce qui donnait l’impression de ne pas vraiment vivre ensemble.

J’ai désormais vingt-trois ans et je partage mon temps entre mes études de psychologie criminelle, ma passion pour le théâtre et pour la musique. Je joue de la guitare, je prends des cours de théâtre… Bref, je fais tout ce que j’aurais aimé faire lorsque j’étais phobique après la mort de ma mère. Je fais partie de l’équipe de basket et d’athlétisme de ma fac, car même si j’avais énormément d’activités en dehors des cours, je refusais de lâcher le sport. Je dois bien avouer que devenir professionnelle me tentait bien. Sacha et Riley vivent leur vie loin d’Atlanta, un étant marié et l’autre fraîchement séparé de sa petite (connasse) amie. Ne plus vivre tous ensembles nous a encore plus soudés, car nous avons tous réalisés à quel point nous nous aimions. Riley voyage beaucoup et grâce à la magie des sites de vidéoconférences, il participe aux petites réunions de famille. Je vis toujours avec Mason, parce que nous sommes inséparables. Nous trouvons la maison bien calme, alors pour y remédier, nous faisons ce qu’on fait de mieux : se battre dans chaque coin de la maison… Barbares, incontrôlables, et fiers.
 



THE HARDEST OF HEARTS

I don't need the day, I don't need the night. I don't need the birds let them fly away and I don't want the clouds, they never seem to stay. One bright moment is all I ask. ©️ anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas



fluttershy ► all you need is love
avatar

MESSAGES : 64
POINTS DESTIN : 64
ICI DEPUIS : 07/02/2016
CRÉDITS : Blasphemy + moi-même (dreamy)
AVATAR : Brittany Leanna Robertson
SITUATION : Célibataire
NATIONALITÉ : Italienne
ÂGE : 22 ans
JE VIS À : Downtown, pas loin de la chocolaterie Gusto D'Italia.
JOB/ÉTUDES : Gérante d'une chocolaterie/cupcakerie

WHO IS SHE.
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
Americano-italienne, née à Florence en 1993 + Elle a été élevée par sa mère, qui l'a eue suite à une courte relation avec un jeune policier de Los Angeles + Elle était très proche de sa famille en Italie + Sa mère est morte en 2010 d'un cancer de l'intestin grêle provoqué par la maladie cœliaque + Elle est alors partie rejoindre son père à Atlanta, sans savoir que celui ci est un flic ripoux + Elle a monté sa propre chocolaterie en ville depuis ses 20 ans + Son père n'arrêtait pas de se servir d'elle pour avoir de l'argent et se sortir de ses magouilles + Refusant de l'aider, il y a trois mois (décembre 2015) elle s'est fait violemment agresser par des hommes qui ont également mis le feu à sa boutique + Elle a été accusée de s'être frappé elle-même et d'avoir mis le feu à sa boutique pour toucher l'assurance + Elle n'a pas osé dire à la police que les hommes en avaient après son argent à cause de son père, de peur de l'impliquer + Elle ne fait depuis plus confiance à grand monde, et prend des cours de self defense + Derrière ses airs de grande gueule, elle est très douce et fragile, et aspire simplement à avoir une vie calme et une famille + elle cuisine énormément, évidemment, et adore ses deux chiens +




FACT OF BLOOD
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
Elle est venue aux Etats Unis retrouver son père biologique, qui s'avère être un flic corrompu qui l'a foutue dans la merde en bonus + Elle a une petite demie sœur, Giulia +



BFF
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
UC



FORMER LOVERS
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
UC



FRIENDS AND ACQUAINTANCES
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
UC



BITCH PLEASE
〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓〓
UC
Voir le profil de l'utilisateur http://myfdestiny.bbfr.net/t107-alessia-per-vivere-il-ricordo-che-ho-di-noi#509

MessageSujet: Re: REED → you walk the easy way, I work every night.   Lun 8 Fév - 11:35

Vous me faisiez de la peine avec Jeremiah à pas avoir de commentaires sur vos fiches, alors... Bienvenue chez toi-même !



 
Life is a drink, and love's a drug
Oh, angels sent from up above you know you make my world light up when I was down, when I was hurt, you came to lift me up. • sheepirl.
 

 
Revenir en haut Aller en bas



rainbow ► i must be your friend
avatar

MESSAGES : 199
POINTS DESTIN : 170
ICI DEPUIS : 10/01/2016
CRÉDITS : cranberry + anaëlle.
AVATAR : adelaide kane.
SITUATION : célibataire.
NATIONALITÉ : norvégo-américaine.
ÂGE : 23 ans.
JE VIS À : east atlanta.
JOB/ÉTUDES : étudiante en dernière année de psycho criminelle, capitaine de l'équipe de basket à la GSU.

née en Norvège ☁ elle a 3 grands frères ☁ arrivée à Atlanta à 12 ans ☁ depuis le lycée elle est capitaine de l'équipe de basket et un des meilleurs éléments en athlétisme ☁ elle étudie la psychologie criminelle au cas où elle ne percerait pas dans le milieu du sport professionnel ☁ le sport est toute sa vie ☁ elle fait régulièrement de la boxe ☁ elle a un mental d'acier ☁ l'amour, c'est pas du tout son truc ☁ elle a une très forte personnalité et certains lui reprochent d'être un peu trop intransigeante et brute ☁ elle est froide en apparence, cynique et à un humour bien à elle. ☁ elle a toujours été assez populaire ☁ même si elle le cache, elle a un grand cœur et est plutôt sensible. elle se sert du sport pour évacuer au lieu de parler ou pleurer. ☁

MASON son frère, son inséparable → NIAMH sa meilleure amie, rencontrée par le biais de Saoirse → TY son meilleur ami. ils forment avec Mason un trio d'enfer → RAPHAËL l'héritier avec qui elle entretient une amitié 'épistolaire' → DEIRDRE l'autre sœur de Niamh, avec qui elle s'entend très bien grâce à leurs personnalités très différentes → HIPPOLYTE son mentor et ami → MATTHEW le patient ténébreux accusé d'homicide rencontré durant son stage → EODIAZ une connaissance de Salzbourg qu'elle a conseillé sans connaitre son statut d'héritière


let's have a conversation

MATTHEWROXANNA ☁ NIAMH ☁ ?

Voir le profil de l'utilisateur http://myfdestiny.bbfr.net/t123-reed-you-walk-the-easy-way-i-work-every-night#559

MessageSujet: Re: REED → you walk the easy way, I work every night.   Lun 8 Fév - 12:27

Comme c'est gentil . Merci ma belle I love you



THE HARDEST OF HEARTS

I don't need the day, I don't need the night. I don't need the birds let them fly away and I don't want the clouds, they never seem to stay. One bright moment is all I ask. ©️ anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas



pinkie ► ready to party with me ?
avatar
MESSAGES : 76
POINTS DESTIN : 90
ICI DEPUIS : 08/02/2016
CRÉDITS : ice and fire.
AVATAR : Jennifer Lawrence
SITUATION : célibataire
NATIONALITÉ : américaine
ÂGE : 23 ans
JE VIS À : Downtown
JOB/ÉTUDES : étudiante en médecine
LIVIA HALLIWELL

Voir le profil de l'utilisateur http://myfdestiny.bbfr.net/t174-livia-halliwell-je-ne-t-aime-plus-mon-amour#1050

MessageSujet: Re: REED → you walk the easy way, I work every night.   Lun 8 Fév - 14:53

Bienvenuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas



Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: REED → you walk the easy way, I work every night.   

Revenir en haut Aller en bas
 

REED → you walk the easy way, I work every night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis malaaaaade!...................... Easy Walker
» soupe au lait d'avoine (selon le livre easy Marx)
» Death Man's Ridge walk 2013 - marche de la 17th AB DIV
» Les paras de la Easy Company à l'assaut des canons de 105mm.
» Dead man's ridge walk 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EN COURS :: from the first moment :: Your Destiny :: You found it!-